Denise HOLSTEIN

1927 - | Naissance: | Arrestation: , | Résidence: , ,

Denise HOLSTEIN

Denise HOLSTEIN was born on February 6, 1927. Her family included her father, Bernard HOLSTEIN, a dentist, born in Kovno (Kaunas), Lithuania, her mother Juliette née Cohen, born in Paris and her brother Jean, born on July 26, 1924.
Denise attended school at the Lycée Corneille and then at the Lycée Jeanne d’Arc.
1938: The family acquired the building at n°79 rue Jeanne-d’Arc in Rouen and moved in there.  The father moved his practice to that address.
1939: Bernard HOLSTEIN was mobilized in September as a lieutenant and assigned to the hospital in Rouen.
1940: After the rout of the French army came flight to the south. Juliette, Denise’s mother, signed up as an ambulance driver and followed her husband to war. They were victims of a bombing that marked them for life.
Denise and her brother Jean fled with their maternal grandmother and great-grandmother by way of Vierzon. The family regrouped in Avignon, where Bernard declined an offer to take over his recently deceased brother’s dental practice.
The following testimony from Denise HOLSTEIN is in French.

In October the family returned to Rouen in the Occupied Zone, and Denise entered the Lycée Corneille.
Bernard HOLSTEIN, under the race laws promulgated by the Vichy regime, was the only Jew authorized to practice dentistry on the right bank of the Seine in Rouen.
1942: On May 6th Bernard HOLSTEIN was rounded up with 76 other men recognized as Jews and interned in the holding camp at Drancy (today in the Seine-St-Denis department).
In June Jean, not yet 18 years old, sought safety with his family in Avignon. Ill, he was sent to Villard-de-Lans (Isère department) in the mountains.
On August 8th Bernard HOLSTEIN and one other victim of the roundup were the only two who came home.
1943: At 9:00 in the evening on January 15th Denise and her parents were arrested at their home in the roundup of all the Jews in Rouen and the department of the Seine-Inférieure (today the Seine-Maritime). They were taken to the Drancy camp the next morning.
On March 5th Denise was sent from Drancy to the Claude Bernard Hospital to be treated for diphtheria and mumps. She received news of her parents through her maternal grandmother, but never saw them again.
March 31st: Denise HOLSTEIN was released from the hospital and placed in Paris centers for Jewish orphans of deported parents (run by the General Union of the Israelites of France (UGIF). She continued school at the Lycée Lamartine in the 9th district.
At the beginning of the summer of 1943 Denise was taken to the UGIF center in Louveciennes (today in the Yvelines department near Versailles); there she pursued her studies and was chosen to monitor a group of children.
April: Denise received a clandestine visit from her maternal grandmother and her friend, Christiane Le Rouxel, who took some photos.
November 1st: Denise returned to Louveciennes  after an operation to remove her appendix.
November 29th: Denise’s parents were deported to Auschwitz II-Birkenau, where they were immediately murdered.
1944: On July 22 the children and their monitors at the Louveciennes center were picked up as part of a larger roundup.
On July 31 they were deported in convoy n°77. Only two of her former dorm mates survived — Samuel Przemisliawski, deported to Bergen-Belsen  as the son of a war prisoner, and Paulette Sklarz, who was in the St-Germain hospital at the moment of the roundup.  Among other survivors of the UGIF Louveciennes Center were Pierre, Josette, and François Nelson, and two other Przemisliawski children, Régine and Maurice, also deported to Bergen-Belsen thanks to their fathers’ status as a war prisoner.
On the night of August 2nd to August 3rd she arrived at Birkenau, where, thanks to the advice of a French member of the Canada kommando (crew of deportees who “assisted” in unloading the new deportees from the freight cars), Denise let go of the children’s hands and was selected for labor. She survived in different work kommandos (units) and was twice in the Revier infirmary.
December 31st: Denise was evacuated by train to the Bergen-Belsen camp (now in the German state of Lower Saxony).
1945: On April 15th she was liberated by British soldiers. Ill with typhus, she was placed in quarantine.
On the 8th of May the war ended in Europe.
At the end of May Denise returned to Paris. There she was reunited at n°53 rue de Châteaudun (9th district) with her maternal grandmother and great-grandmother, her brother Jean, and her cousins.
June: trip to Rouen.
July and August: a stay in Brighton, a hamlet of Cayeux-sur-Mer (Somme department), with the Sanson family, close friends of her parents. She there saw her friend Isabelle again. She wrote the manuscript put out by the publishing house “Le Manuscrit” under the title ” Le Manuscrit de Cayeux”. The manuscript was written very soon after the war, which makes it rare and highly valuable testimony.
1947: On February 10th she married Jean Samuel at the town hall of the 9th district in Paris and at the Chasseloup-Laubat synagogue in the 15th district. The couple settled in Boulogne-Billancourt.
1948: A son, Patrick, was born, but died after two and a half months.
1949: the birth of daughter Catherine.
1951: Denise took part in the inauguration of Rouen’s new synagogue and the memorial plaque of the deportation.
1953: the birth of daughter Marie-Hélène.
1955: Denise started a career as a sales representative in luxury children’s clothing.
1966: Denise divorced.
1983: Denise moved to the Alpes Maritimes.
1990: At the invitation of Serge Klarsfeld, Denise took part in the inauguration of a memorial plaque in Louveciennes.
1992: At the Rostagne middle school in Antibes Denise testified for the first time about her deportation. It was for her a revelation, and she was never to cease testifying after that.
Denise prepared and recorded her testimony on audio cassette and contacted local resistance and deportee associations to diffuse her message in the schools.
June: Denise went back to her native city to speak at Barbey-d’Aurevilly middle school, where she had a considerable impact on the students.
1993 and 1994: Denise multiplied her appearances in the Rouen and Nice school systems, before crisscrossing France and even speaking at the French lycée in London.
1995: In January Denise participated in the program “La marche du siècle” on the occasion of the 50th anniversary of the liberation of the camps, while her testimony on deportation came out in the collection “Editions n°1″(Hachette, Paris) under the title ” Je ne vous oublierai jamais, mes enfants d’Auschwitz …” (I shall never forget you, my children of Auschwitz)
In May Denise made a “return trip” to Auschwitz-Birkenau with students of the Barbey-d’Aurevilly middle school. Five more trips were to follow, three of which were filmed by the Centre Départemental de Documentation Pédagogique (CDDP) of the Eure department in 1996, by FR3-Normandie in 1997, and by FR3-Côte-d’Azur in 1999.
1997: The videocassette “Le passage du témoin” (Relaying the baton) was put out by the  CDDP of the Eure department.
2001: On June 27th Denise Holstein was decorated as a knight of the order of the Palmes académiques (a high academic distinction) by the rector of the Academy of Rouen.
2006:  On January 27th she was named a knight of the order of the Legion of Honor.
2007: On November 21st Denise was invited by France 3 to appear on the show “Droit d’Inventaire”, devoted to the end of the Second World War.
2016: On April 15, 2016 Denise was raised by decree to the rank of Officer of the Legion of Honor, a distinction she was awarded on July 4, 2016.
 [:pl]

Denise HOLSTEIN

Denise HOLSTEIN naît à Rouen, le 6 février 1927. Sa famille comprend son père, Bernard HOLSTEIN, né à Kovno (Kaunas) en Lituanie, qui est chirurgien-dentiste, Juliette, sa mère, née Cohen, à Paris et son frère Jean, né le 26 juillet 1924.
Denise fréquente les petites classes du lycée Corneille, puis le lycée Jeanne d’Arc.
1938 : la famille acquiert l’immeuble du 79, rue Jeanne d’Arc à Rouen et s’y installe. Le père transfère son cabinet à cette adresse.
1939 : Bernard HOLSTEIN est mobilisé en septembre, comme lieutenant, à l’hôpital de Rouen.
1940 : Après la déroute, c’est l’exode vers le sud. Juliette, la mère de Denise, s’engage comme conductrice d’ambulance et suit son mari, ils seront frappés par un bombardement, dont ils garderont des séquelles.
Denise et son frère Jean fuient avec leurs grand-mère et arrière-grand-mère maternelle, par Vierzon. La famille se retrouve en Avignon, où Bernard décline l’offre qui lui est faite, de reprendre le cabinet dentaire de son frère, récemment décédé.

Octobre, la famille revient à Rouen en zone occupée et Denise entre au lycée Corneille.
Bernard HOLSTEIN, dans le cadre des lois raciales du régime de Vichy, est le seul Juif autorisé à exercer le métier de dentiste, sur la rive droite de la Seine, à Rouen.
1942 : le 6 mai, Bernard HOLSTEIN est raflé, comme 76 autres hommes, reconnus comme Juifs, pour être interné au camp de transit de Drancy, aujourd’hui en Seine St Denis.
En juin, Jean, avant ses 18 ans, est mis à l’abri à Avignon, dans sa famille ; malade, il est envoyé à la montagne, à Villard-de-Lans (Isère).
8 août, Bernard HOLSTEIN et une autre victime de la rafle sont les seuls à rentrer.
1943 : le 15 janvier, à 9 heures du soir, Denise et ses parents sont arrêtés, à leur domicile, dans la rafle de tous les Juifs de Rouen et du département (Seine Inférieure, aujourd’hui Seine-Maritime). Ils sont conduits au camp de Drancy dès le lendemain matin.
Le 5 mars, Denise est envoyée, depuis le camp de Drancy, à l’hôpital Claude Bernard, pour y faire soigner diphtérie et oreillons. Elle recevra encore des nouvelles de ses parents par sa grand-mère maternelle, mais ne les reverra plus.
31 mars : Denise HOLSTEIN, à sa sortie de l’hôpital est placée à Paris, dans des maisons d’enfants juifs orphelins de parents déportés (centres de l’Union Générale des Israélites de France). Elle poursuit ses études au lycée Lamartine (9ème arrondissement).
Début de l’été 43, Denise est conduite au centre de l’UGIF de Louveciennes (aujourd’hui dans les Yvelines, à proximité de Versailles) ; elle continue ses études et devient monitrice d’un groupe d’enfants.
Avril : Denise reçoit la visite clandestine de sa grand-mère maternelle et de sa camarade Christiane Le Rouxel, qui prend quelques photos.
1er Novembre : Denise revient à Louveciennes, après une opération de l’appendicite.
20 Novembre : les parents de Denise sont déportés vers Auschwitz II – Birkenau, où ils sont immédiatement assassinés.
1944 : 22 juillet, arrestation des enfants du centre de Louveciennes, avec leurs monitrices, dans le cadre d’une rafle plus large.
31 juillet, déportation dans le convoi n°77 des raflés de Louveciennes. De la chambrée de Denise, deux enfants seulement survivront : l’un, déporté à Bergen-Belsen comme fils de prisonnier de guerre, Samuel Przemisliawski, et Paulette Sklarz, qui était à l’hôpital de St Germain au moment de la rafle. Parmi les autres enfants du Centre UGIF de Louveciennes survivront Pierre, Josette et François Nelson, ainsi que les deux autres enfants Przemisliawski, Régine et Maurice, déportés à Bergen-Belsen, du fait du statut de prisonnier de guerre de leurs pères.
Nuit du 2 au 3 août : arrivée à Birkenau, grâce aux indications d’un Français membre du kommando Canada (déportés « facilitant » le déchargement des wagons de déportés) Denise lâche la main des enfants et est sélectionnée pour le travail. Elle survit dans différents kommandos et fait deux passages au Revier (infirmerie).
31 décembre : Denise est évacuée en train au camp de Bergen-Belsen (actuellement dans le Land de Basse-Saxe, Allemagne).
1945 : 15 avril, libération par les soldats britanniques. Denise, qui a le typhus, est mise en quarantaine.
8 mai, fin de la guerre en Europe.
Fin mai, retour à Paris. Denise retrouve, 53 rue de Châteaudun (9ème arrondissement) sa grand-mère et son arrière-grand-mère maternelles, son frère Jean et ses cousins.
Juin : voyage à Rouen.
Juillet et août : séjour à Brighton, un hameau de la commune de Cayeux-sur-Mer (Somme), chez les Sanson, des amis très proches de ses parents. Elle retrouve son amie Isabelle. Rédaction du manuscrit transcrit dans le livre publié aux éditions « Le manuscrit » sous le titre : « Le Manuscrit de Cayeux ». Ce manuscrit a été rédigé très tôt après la guerre, ce qui en fait un témoignage rare et de grande valeur.
1947 : 10 février, mariage avec Jean Samuel à la mairie du 9ème et à la synagogue de Chasseloup-Laubat, 15ème. Le couple s’installe à Boulogne-Billancourt.
1948 : naissance de Patrick, qui décède à l’âge de deux mois et demi.
1949 : naissance de Catherine.
1951 : Denise participe à l’inauguration de la nouvelle synagogue de Rouen et de la plaque commémorative de la déportation.
1953 : naissance de Marie-Hélène.
1955 : Denise entame une carrière de représentante commerciale dans la confection de luxe pour enfants.
1966 : Denise divorce.
1983 : Denise s’installe dans les Alpes Maritimes.
1990 : sur invitation de Serge Klarsfeld, Denise participe à l’inauguration d’une plaque commémorative à Louveciennes.
1992 : Denise témoigne, pour la première fois, de sa déportation au Collège de la Rostagne à Antibes, c’est pour elle une révélation et elle ne pense plus qu’à témoigner.
Denise prépare et enregistre une cassette audio de son témoignage et prend contact avec des associations locales de résistants et de déportés pour diffuser son message dans les écoles.
Juin : Denise revient dans sa ville natale pour parler au Collège Barbey-d’Aurevilly, où elle a un impact considérable sur les élèves.
1993 et 1994 : Denise multiplie les interventions dans les académies de Rouen et de Nice, puis sillonne la France pour porter son témoignage et même au lycée français de Londres.
1995 : en janvier, Denise participe à l’émission « la marche du siècle » à l’occasion du 50ème anniversaire de la libération des camps, alors que sort son témoignage de déportation aux éditions n°1 (Hachette, Paris) sous le titre « je ne vous oublierai jamais, mes enfants d’Auschwitz …»
En mai, Denise fait le « voyage-retour » à Auschwitz-Birkenau avec des élèves du collège Barbey-d’Aurevilly. Cinq autres voyages suivront, dont trois filmés par le Centre Départemental de Documentation Pédagogique (CDDP) de l’Eure en 1996, par FR3-Normandie en 1997 et FR3-Côte-d’Azur en 1999.
1997 : sortie de la vidéocassette  « Le passage du témoin » réalisée par le CDDP de l’Eure
2001 : 27 juin, Denise Holstein est élevée au rang de chevalier de l’ordre des Palmes académiques et décorée par le recteur de l’académie de Rouen.
2006 : 27 janvier, elle est faite chevalier de l’ordre de la légion d’honneur
2007 : 28 novembre, Denise est invitée à l’émission de France 3 « Droit d’Inventaire » consacrée à la fin de la seconde guerre mondiale.
2016 : 15 avril 2016, Denise est élevée par décret au grade d’officier de la légion d’honneur, distinction qui lui est remise le 4 juillet 2016.

Contributeur(s)

Serge JACUBERT

References

  • Article Wikipedia
  • Livre de Denise Holstein « Je ne vous oublierai jamais, mes enfants d’Auschwitz… » publié en 1995 aux éditions n°1 (Hachette, Paris)
  • Livre de Denise Holstein « Le Manuscrit de Cayeux-sur-Mer, juillet-août 1945 » aux éditions Le Manuscrit, 2008
  • Article d’Annette Lévy-Willard paru dans le quotidien Libération, le 18 janvier 1995, sous le titre « Denise Holstein, une voix de la mémoire, parle aux collégiens », lien réservé abonnés
  • Témoignage audio, enregistré par Denise Holstein, pour qu’elle ne reprenne pas cette restitution à chaque nouveau témoignage devant une classe (douleur de revivre les événements à chaque fois qu’elle les redit).

Liens

9 Comments
  1. Danneville 6 years ago

    Merci pour ce travail, cette biographie m’a beaucoup émue. Nous ne devons jamais oublier ce passé. Vraiment j’en ai les larmes aux yeux. Merci aux professeurs et aux élèves.

  2. Serge Jacubert 6 years ago

    Merci pour votre appréciation, qui conforte notre démarche. Si vous vous sentez concernée par nos efforts et nos résultats, n’hésitez à rejoindre notre association.
    Bien cordialement.
    Un fils de déportée du convoi 77, membre du Conseil d’Administration.
    Serge Jacubert

  3. IGLICKI Alain 5 years ago

    Je viens de lire un article sur Denise Holstein dans la revue de l’association des membres de l’ordre national du mérite. Cet article m’a donné envie de voir si une biographie existait sur le site du convoi 77, pas lequel mon père a été également conduit de Drancy à Auschwitz.
    Merci infiniment pour ce témoignage. Du vivant de certains, dont mon père, il a été impossible de savoir quoi que ce soit. Aujourd’hui, nous sommes manifestement en recherche de tels témoignages, les uns et les autres.
    par curiosité, le besoin de savoir, mais aussi par respect, de nos anciens, de notre histoire, et pour que pareils évènements ne se reproduisent jamais.
    A nouveau mille merci.

  4. […] historienne, Françoise Bottois, que ces noms ont surgi des profondeurs. Elle avait rencontré Denise Holstein, une Rouennaise déportée le 22 juillet 1944 à Auschwitz, a été saisie par son témoignage, et […]

  5. Serge Jacubert 3 years ago

    Cher Alain,
    nous vous remercions de votre message qui nous conforte dans notre action. Si vous vous sentez proche, vous et les vôtres de notre action et de notre engagement, n’hésitez pas à nous rejoindre dans l’association, si ce n’est déjà fait.
    Bien à vous
    Serge JACUBERT

  6. Anna 3 years ago

    Cet après midi, une amie parisienne, qui est au courant du projet “convoi 77”, m’ informée que ce matin il y avait eu une émission sur Denise Holstein sur France Inter. Je viens d’écouter ce document. Ce document émouvant vu que je travaille avec mes élèeves sur deux autres déportés de Drancy. Peut-être ils s’étaient vus, connus avec Mme Holstein … https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-04-mars-2020
    Anna

  7. Serge Jacubert 3 years ago

    Chère Professeure,
    votre commentaire, écrit dans notre langue par une enseignante polonaise nous touche et me touche particulièrement, parce que Denise et ma mère sont restées amies après la guerre. Votre participation à notre projet est une lueur d’espoir pour l’Europe toute entière.
    Si vous réussissez à venir à Paris, je tenterai d’organiser une rencontre avec un de nos déportés survivants.
    Bien à vous.
    Serge

  8. Anne Françoise Pons 3 years ago

    Bonsoir,
    J ai assisté cette apres midi à Rouen à l inauguration de la plaque square Verdrel en hommage à Mme Holstein dont je salue le courage et l engagement si nécessaire auprès des jeunes générations. Je découvre sa biographie et aimerai, si cela est possible, pouvoir correspondre avec elle par mail ou autre…En effet, ma grand mère maternelle à été arrêtée le 6 juin 1944 en Avignon ou elle résidait,( et j apprends que Mme Holstein y a habite aussi) puis envoyé à Drancy et de la à Auschwich Birkenau. Libérée par l Armée rouge après “les marches de la mort”. Peut etre se sont elles connues? Ma grand mère à fait des séjours au Revier, l infirmerie du camp. Elle en parle dans le livre qu elle à écrit ‘ Souvenirs d une rescapée”. Ainsi que de certaines déportées qu elle a connu la bas. Ma meilleure amie au lycee Aubanel en Avignon s appelait Nathalie HOlstein. Ont elles un lien de parenté? Merci de me dire si je peux joindre Mme Holstein et par quels moyens.
    Merci beaucoup
    Anne Françoise Pons

  9. klejman laurence 2 years ago

    Une vie nous sépare, Un documentaire coréalisé par Baptiste Antignani et Raphaëlle Gosse-Gardet.
    Coproduit par Federation Entertainment (Myriam Weil, Serge Hayat) et France Télévisions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/emissions/documentaires-2/quand-jeune-lyceen-part-traces-seule-rescapee-rouennaise-camps-mort-1789157.html?fbclid=IwAR1IVVp8-dOebazdh_EjF_TzQJQdcBjm8s2XVTsfVvnz8t4L30W00meA7Oo
    un film d’entretien avec Denis et Holstein et un lycéen, Baptiste Antignani, auteur aussi du livre
    “Une vie nous sépare”, aux éditions Fayard.

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

hébergement Umazuma - OVH

Log in with your credentials

Forgot your details?