Fernande BLOCH, née Hayem

1891 - 1944 | Naissance: | Arrestation: , | Résidence: ,

Biography of Fernande Bloch.

There is only one biography for her and for her daughter Paulette, who shared her tragic end, and her daughter Madeleine, who survived.
Adjacent is a picture from de Mémorial de la Shoah.
 

In memoriam of the Bloch family

Written by Jean-Pierre Lehman in March, 2017

liste_maîtres_école_Hirsch

 

List of the teachers at the Lucien de Hirsch school deported to Auschwitz on July 31, 1944

My grandmother, Berthe Hayem, married name Lehman, was the first cousin of Jeanne and Fernande Hayem. They were all three born at the end of the nineteenth century – Berthe at Rosières-aux-Salines and the two sisters at Verdun [1].
 
They were very close during their childhood and adolescence. Once married, Berthe and Jeanne would remain in Nancy. Jeanne married Armand Horviller and had no children. My grandparents raised five boys — Lucien, André, Georges, Paul and Pierre. Fernande left eastern France to settle in Paris, where she met Charles Bloch, with whom she had two daughters – Madeleine and Paulette.
 
These three families were to be largely swept away in the Shoah. Only Berthe, André, Georges and Madeleine survived.
 
With these few lines I wish to honor:
the memory of the Bloch, Hayen, Horviller, and Lehman families.
the memory of Rosalie, Denise, Tauba, Anna, Esther, Marcelle, Sara, Marie and Syma, who accompanied the children of the Lucien de Hirsch school to the death camps [2].
__________________
In the 1950’s my parents took me to play in the Buttes Chaumont park. Quite often on the way back we paid a visit to Madeleine at n° 70 avenue Secrétan. I still remember the wooden staircase that led upstairs, the student infirmary where the pupils, who were a bit older than I was, rested and recharged their batteries. They lived at the school. I could feel their life was different from mine; their parents never came to visit them….
 
André (my father) and Georges Lehman (my uncle), who knew the Bloch, Hayem and Horviller families, are still alive. 93 and 91 years old, respectively, they experienced these grim events. Madeleine and Paulette belonged to their generation; they played together in Nancy, not far from the synagogue.
__________________
This piece could not have been accomplished without the help of the Jewish genealogical society, the Mémorial de la Shoah, and the Lucien de Hirsch school.
 
Our thanks here to them all.
Madame Marianne Picard, who was the dynamic principal of the Lucien de Hirsch school from 1950 to 1992, relates in her book dedicated to the 90-year history of the school [3]: “In the night of July 24, 1944 one hundred seven children and their teachers were arrested at the school and deported to the Nazi extermination camps. Not a single child came back, and only Madeleine Bloch was to survive.” The plaque placed on the entrance of the school bears witness [4]:
 

 maître_ayant_survécu

 

The surviving teacher was Madeleine Bloch.

Her father, Charles Bloch, born in Paris in 1882, had been one of the youngest teachers at the school. Here is his Paris birth certificate of November 20, 1882.
 

 acte_naissance_charles_Bloch

This photo, taken in 1900, shows M. and Mme Benoît Lévy  [5], who headed the school from 1901 to 1935, sitting in the front row. Charles, standing with his arms crossed, was 18 years old.
 
hoto_1900_mr_mme_B_Levy
In 1901 he did his military service. His colleague, Nathan Schentowski, the future director of the Zadoc Khan school, replaced him for that period at the Lévys’ school.
This portrait was taken in 1920, the year of his marriage to Fernande Hayem [6].

portrait_Charles_Bloch  acte_naissance_Fernande_Bloch

Portrait of Charles and Fernande’s birth certificate

univers_israelite_1920  
The December 31, 1920 issue of the magazine L’Univers Israélite informed the Jewish community that Charles and Fernande’s religious marriage ceremony would be celebrated on Sunday, January 2nd.
 
On that date Fernande was living in the 17th district of Paris near the Porte Saint-Ouen and Charles resided in the 4th district close to the church of Saint-Merry.
 
 
 
The civic marriage, whose certificate is shown on the next page, took place on December 30, 1920
 mariage_civil_Bloch_Hayem

The marriage produced two daughters,
Madeleine in 1921 and Paulette in 1925

 acte_naissance_Madeleine_1921acte_naissance_Paulette_1925

In 1921, the year of Madeleine’s birth, the couple moved to n° 67 rue Saint-Martin in the 10th district. Jeanne Hayem, Armand Horviller’s wife, has furnished this information. When Paulette was born in 1925 Charles and Fernande lived at n°27 avenue de Ségur on the premises of the Zadoc Kahn School [7], which was being run by Alice and Nathan Schentowski.
As is recalled by Raphaël Elmaleh [8], the inhabitants of 27 avenue de Ségur were like a veritable family:
 
“The school was ‘home’ for the teachers. Germaine Bloch, Charles’s wife, Benoît Lévy’s assistant at the Lucien de Hirsch school, Mlle Birnbaum and Paul Hanneau, like many of these teachers, were from Alsace. [9]
As for Charles, he remained solely with the Lucien de Hirsch school, which over the years expanded considerably. Just before the Second World War it counted nearly 450 pupils. Most of them came from modest families in the 18th, 19th, and 20th districts of eastern Paris.
 
Raphaël Elmaleh [10] cites Lionel Rocheman’s report of Charles’s teaching post:
 
“M. Licheinstein taught Hebrew. There were also lessons in religion, taught mainly by Charles Bloch.”
 
From 1935 to 1943 he took part in the management of the establishment with the Schentowskis, who while on vacation received on the evening of August 24, 1939 [11]:
 
“a telegram from the chairman of the school board ordering me to return immediately to Paris, to gather as many of the pupils as possible, to buy bedding and to proceed as quickly as possible to Villers-sur-Mer, where the board had just acquired the property called ‘les Landiers’, which I had visited with the chairwoman’s architect [ ]. On August 29, 1939 I took everyone to the Saint-Lazare train station and left Paris, arriving at noon at the station in Villers with 103 children (56 girls and 47 boys).
 
On that same day I had entrusted 41 boys to M. Charles Bloch, who was to take them to another place, the château de Sainte-Croix, by government order; the children who were already there ‘on vacation’ were kept there and our group was taken to another summer camp at Colleville-sur-Mer.  […]
 
Mme Schentowzki was in charge of one of the camps; our administrative staff consisted of M. Charles, Mlle Nathan, Mlle Leibovici.”
 
With the Debacle of July, 1940  everyone came back to the avenue Secrétan in Paris. Enrollment in the school plunged to fewer than 100 pupils in 1942.
 
“And yet it was still a functioning institution with its teachers, buildings, equipment, and showers, its canteen with its « hysterical » cook, Mme Semo, its ‘social and educational assistants’, Mme Bazy-Lesnovsky and Madeleine Bloch, the latter with the heavy burden in those times of scarcity of overseeing the canteen.” [12]
 
The school was to become the administrative “Secrétan Center” for the UGIF (General Union of the Israelites of France) [13], service 49 of the 4th group…It housed children and adolescents whose parents had been or were soon to be deported…. For the person in charge one of the main preoccupations was to feed all those living at n° 70 [14]:
 
Under Madame Bloch, the canteen functioned normally. The children were served around 400 meals a week.
 
Between 1942 and 1944 the children came and went as affected by events….Raphaël Elmaleh goes on: [15]
“…the teachers were at their posts: Madame Leibovoci (1st grade), Madame Doukhan (2nd grade), and Madame Nathan (3rd grade)….as well as Charles Bloch, and Monsieur Leibovici, the new director.”
 
Charles Bloch worked at the school to which he had contributed so much right up to his last breath. He died a natural death on February 24, 1943. The death certificate specifies that he was living at the school. Fernande and their daughters attended his burial in the Jewish sector of the Bagneux cemetery in Paris [16].
 

 acte_décès_Charles_Bloch_1943

 
Alice and Nathan Schentowski were arrested in August, 1943 [17].
 

Monsieur Nathan SCHENTOWSKI, born in Paris on March 20, 1884.
Deported to Auschwitz in convoy n° 59 from Drancy on September 2, 1943. Profession: teacher. Died in 1943.
 
Madame Alice SCHENTOWSKI, born in Paris on August 13, 1886, deported to Auschwitz in convoy n° 59 on September 2, 1943.
 

 
Raphaël Elmaleh specifies that before this dramatic event Nathan told a former student [18]:
“Should I not come back, tell those who knew me that my last thoughts were for my pupils.”
It was in this religious community spirit that Madeleine and Paulette were brought up. The two sisters attended the Lamartine high school. Upon graduation Madeleine decided to become…. a social worker. In that capacity she was assigned to the UGIF’s center located at n° 21 rue des Tournelles in Paris. Her assignment covered Paris’s 3rd district. At the time she lived on the avenue Secrétan [19].
 
“Paulette, just before her father’s death,  had graduated from high school. Fernande continued to take care of the girls, playing an important role in the school, first as a teacher, then as an acountant([20]).”

 Paulette_vers_1935  Madeleine_vers_1935

 

Paulette and Madeleine around 1935

The news from Nancy was alarming: Fernande’s sister Jeanne and her husband, Armand Horviller, were arrested and deported in convoy n° 71. Here is the content of their respective data sheets as published by the Mémorial de la Shoah.

 
HORVILLER Jeanne. Resident at n° 46 rue de la Hache in NANCY
Interned at Drancy with the I.D. number 18128. Arrived on April 1, 1944. Attributed number 1284 in field research notebook n° 168. She was born on May 5, 1886 in Verdun. Deported to Auschwitz in convoy n° 71 from Drancy on April 13, 1944. Unemployed.
 Drancy_fiche_Jeanne_Horviller
HORVILLER Armand. Resident at n° 46 rue de la Hache in NANCY
Interned at Drancy under I.D. n° 18127. Arrived on April 1, 1944. Attributed number 1418 in field research notebook n° 170. He was born on January 31, 1879 in NOMENY. Deported to Auschwitz on April 13, 1944 in convoy n° 71 from Drancy. Profession: merchant/grocer.
 Drancy_fiche_Armand_Horviller

 
Less than 18 months after Charles’s death, the unspeakable struck the school — the roundup of July 24, 1944. Raphaël Elmaleh [21] informs us that in 1953 it was decided to commemorate the deportation of the 107 children. In order to collect as much information as possible a questionnaire was sent to contemporary witnesses of the event:
 
“The witnesses solicited are essentially personnel at the school that year, teachers for the most part: Mmes Leibovici, Klein, Altschuler, Sommer, Kahn, Doukhan, and Madeleine Bloch, one of the rare survivors of the convoy. Neither her mother, the wife of Charles Bloch, who had for a time been assistant principal of the school, nor her sister were to survive the ordeal. Other recipients of the questionnaire: Colonel Khan, Georges Edinger, and Madame Bazy-Lesnovsky, ex-nurse and social assistant. Here are three extracts from her response, provided less for the historical precision of the roundup at which she was not present, than for the feelings expessed and the memory welling up 10 years after the events:
 
‘I was not present at the arrests because I lived at my home. I was told that the children were not yet dressed, which means they took place very early. There were about 150 children. I cannot be positive of that, either, as I did not deal with the register since the children were not our pupils but had come to us after the bombing of the refuge on the rue des Saules. There were beds everywhere (a fact emphasized by R. Bazy-Lesnovsky), and the access to my infirmary was obstructed. The arrests were made by German soldiers who had come in army vehicles; they took the children and the others to Drancy. Besides the children there was Mlle Marie Zalmanski (teacher), Madame Charles Bloch (accountant and former teacher) and her two children, Madeleine et Paulette Bloch. Madeleine alone came back. She was in Czechoslovakia, separated from her mother and sister’.”
 
Madeleine was not in Czechoslovakia. She was in Poland, at Auschwitz. Less than 10 days later, on July 31, the last convoy of deportees, convoy 77, left from Drancy.
 
Serge Klarsfeld [22] reminds us that more than 1200 people were crammed into those lead-sealed cattle cars. He calls on the account given by one of the deportees, Ralph Feigelson, who in the publication of the Licra (the International League against Racism and Anti-Semitism) relates what my cousins, Fernande, Madeleine and Jeanne experienced:
 
 

 rampe  
“Already camps could be seen, surrounded by walls, by wire — a cage in the middle of a great desert of terror and latent revolt — overlooked by watchtowers perched as if on stilts — guarding the flock. A strong wave of anguish grabs hold of us. The train halts. We have arrived. Night falls, complicit, casting a veil over the countryside. Several hours of terrible waiting. Suddenly shouts, hoarse orders, the doors are opened. Convicts run along the train. Some SS. People are being clubbed right and left. Blows on the arms, blows on the body, nothing but blows and more blows. No one has time to think. The night is torn by screams, gunfire. We are parked in rows of five in a corner of the arrival platform, blinded by floodlights.
 
We are moved forward, then back, then forward again, like calves at a cattle market. An SS non-com pulls some off to the left, others to the right, a nonchalant gesture that sends the former to their death and reserves the latter to suffer. On the right are those he judges ‘fit for work’, that is sufficiently robust to be able to bear up under exhausting labor, deprivation and violence for a certain time. To the other side he pushes the sick, the children — three hundred kids from 6 to 12 years old whose only crime was being Jewish, to join their parents in the smoke of the crematorium furnaces.
 
We look on and, our eyes wide with horror, take in scenes that the cruelest and most perverse mind could hardly conceive:
 
‘Look’ says an SS to his accomplice, pointing to a little child who has got out of line. Taking him by the feet, he throws him up in the air, while the other one shoots at this living target, laughing sadistically”.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
image_artiste_crématoire

Fernande and Paulette were murdered upon their arrival in Poland. The text of the Decree of November 26, 2008 authorizing the mention “Died in deportation” on death records [23] is unambiguous:
 
 
 

 
Bloch, born Hayem (Fernande) on November 8, 1891 in Verdun (Meuse), died on August 5, 1944 at Auschwitz (Poland) and not on July 31, 1944 at Drancy (Seine).
 
 
Bloch (Paulette), born on April 27, 1925 in Paris (7th district) (Seine), died on August 5, 1944 at Auschwitz (Poland) and not on July 31, 1944 at Drancy (Seine).
 

 
My father recently recollected the family get-togethers in Nancy at n° 46 rue de la Hache, in the apartment located above the shoe store run by the ‘little uncle’ [24] , who, wearing his cap and accompanied by his wife Jeanne, would pick up ‘the Parisians’ (Charles, Fernande, Madeleine and Paulette) at the train station. The Lehmans — Berthe, Robert (my grandfather) and their five boys, Lucien, André, Georges, Paul and Pierre — were part of the party.
 
Nazi barbarity put an end to this simple happiness: Robert and Lucien were murdered at Auschwitz in 1942. Jeanne, Armand, Paul and Pierre followed in 1944.
 
Berthe and André escaped the holocaust…. Georges and Madeleine came back.
 
Life went on…. On July 1, 1946 my parents married at the town hall of Paris’s 10th district. Among the photos taken on that occasion are found my uncle Georges arm in arm with Madeleine.
 
 
 

 mariage_Bloch_1946

At the beginning of the 1950’s a new team of teachers under the direction of Bernard and Marianne Picard took over the school. Madeleine was still welcome on the avenue Secrétan. That is where I met her for the first time. She continued to work there as a social assistant, dealing with the children whose parents did not return.
On March 28, 1954 a first memorial plaque was placed on the entrance of the school. Raphaël Elmaleh relates [25] that on that occasion Alain de Rothschild, in his role as president of the Paris consistory, was anxious to recall that:
“… It will soon be ten years that 107 little Jewish children and their teachers were deported from this school to Germany, never to come back. A single teacher survived by a miracle —  Mademoiselle Bloch, who is with us here today and to whom I wish to express all the affection and respect we have for her with a thought for all the moral and physical suffering she has had to endure. It is she who has described for us the grim procession of these little children – including a little girl with a broken leg carried on a wooden plank — their convoy in the middle of the night to Drancy and the five-day journey, 120 jammed into a cattle car, in the dark, without air, without room, in filth and dying of thirst, and sent directly to the gas chambers or the crematorium furnaces on arrival. As an ultimate horror she watched as her mother, Madame Charles Bloch, dedicated wife and the school’s much missed assistant principal, was taken away to her death for having tried to console one of the little ones who was crying. Alas, the fate of the children of our school was not an isolated case. During that same night of July 24th, 350 Jewish children lodged in other centers suffered the same fate.”
 
She never married. She dedicated all her energy to spreading knowledge of the Shoah. In March, 1958 she was still at the school, where she gave out the Charles Bloch Prize, awarded “in memory of her parents, the former directors of our schools”. On June 18, 1972 and March 25, 1981 Madeleine filled out records pertaining to her mother’s identity. As she traveled around France, from school to school, from memorial ceremony to commemoration date, missing no religious feast day, she devoted herself to her Jewishness and held firmly to her simple Mitsva:
 
“Testify, testify again, so that it can never happen again.”
 
In an article on the Aryanization of education, the guide Trudaine Rochechouart [26], published by the city of Paris, restates:
 
“From 1942 to 1944 many pupils in the 9th district were arrested by the Vichy government and deported because they were Jewish. Lamartine High School saw 32 of its students, aged 12 to 19, and 12 of its former students perish in the death camps. Only Madeleine Bloch was to come back from there. A marble plaque put up in 2003 in the presence of Simone Veil honors their names.”
 
The name of Madeleine’s sister Paulette figures on this list.
 

 plaque_lycée_Lamartine_2003

Madeleine died in Chalon-sur-Saône on June 26, 2003. She was buried on the 30th in the Bagneux cemetery [27]. She rests there with her grandfather, Hayem Mayer, and her father, beside Chief Rabbi Jacob Kaplan and Lucien Rachet, the founder of the Licra.
Annex 1: genealogical trees
 
 

 généalogie_Bloch_Isaiasgénéalogie_Bloch_Hayem

 
Annex 2: in memoriam for the children
en_mémoire_enfants_Secrétan_a en_mémoire_enfants_Secrétan_b


[1]
) At the end of this document on page 22 a simplified family tree makes these family links clear.
[2] ) the list of the children is found on the last page.
[3] ) Par le souffle des enfants.: Livre d’or de l’École Lucien de Hirsch : 90 ans d’éducation juive en France, page 1.
[4]  )Of these 107 children, 71 studied at the school.
[5] ) Raphaël Elmaleh, «  Une histoire de l’éducation juive moderne en France », édition Biblieurope, page 174.
[6] ) document MJP8_42 of the Mémorial de la Shoah.
[7]) The school on the avenue de Ségur, opened in 1887, was first called the Schneider school, after the name of its director, Joseph Schneider. At his death in 1910 it took the name Zadoc-Hahn, and then was closed in 1935. It was from this date that Alice and Nathan Schentowski undertook the management of the Lucien de Hirsch school.
[8] ) opus cité, page 175.
[9] ) in various documents Fernande’s first name is given as Germaine. It is a preferred name she chose to go by, current practice at the time.
[10] ) opus cité page 176.
[11] ) opus cité  page 178 et 180.
[12] ) opus cité page 183.
[13] ) Union générale des israélites de France. The French law of November 29, 1942 instituted on German demand under the General Commissioner for Jewish Questions a General Union of the Israelites of France. Its purpose was to provide the Jews with representation to public authorities. The image of the UGIF is considerably more questionable than it was 30 years ago. The organization has been reproached for failing to evacuate its children’s refuge centers before the July 1944 roundups.
[14] ) opus cité page 187.
[15] ) opus cité page 187.
[16] ) 31th division, 7th row, 31st grave.
[17] ) records of the Mémorial de la Shoah.
[18] ) opus cité page 186.
[19] ) Text based on information collected from the Mémorial de la  Shoah.
[21] ) opus cité page 308 et suivante.
[22] ) «Par le souffle des enfants », page 10.
[23] ) JORF n°0009 du 11 janvier 2009, page 665.
[24] ) Armand Horviller .
[25] ) «  Une histoire de l’éducation juive moderne en France  page 314-315.
[26]  ) disponible à l’adresse :  http://actionbarbes.blogspirit.com/files/Guide_trudaine_rochechouart_complet_v1_2.pdf
[27]  ) 31éme division, 7ème ligne, 31ème tombe.[:pl]La vie de Fernande Bloch est évoquée dans la biographie de sa fille Madeleine qui faisait également partie du convoi. Ci-contre, son acte de naissance.

En mémoire de la famille Bloch

Ecrit par Jean-Pierre Lehman en Mars 2017

liste_maîtres_école_Hirsch


Liste des maîtres de l’école Lucien de Hirsch déportés à Auschwitz le 31 juillet 1944

Ma grand-mère Berthe Hayem, épouse Lehman, était la cousine germaine de Jeanne et de Fernande Hayem, Elles sont nées toutes les trois à la fin du 19ème siècle, en Lorraine, la première à Rosières aux Salines, les deux sœurs à Verdun ( [1]).
 
Elles sont restées très proches durant leur enfance et leur adolescence. Une fois mariées, Berthe et Jeanne ne quitteront plus Nancy. Jeanne a convolé avec Armand Horviller et n’eut pas d’enfants. Mes grands parents élevèrent cinq garçons, Lucien, André, Georges, Paul et Pierre. Fernande, quant à elle, a quitté l’Est pour s’installer à Paris, c’est là qu’elle rencontrera Charles Bloch, avec qui elle aura deux filles, Madeleine et Paulette.
 
Ces trois familles ont été emportées par la Shoah. Seuls, Berthe, André, Georges et Madeleine ont survécu.
 
A travers ces quelques lignes je souhaiterais honorer :

  • la mémoire des familles Bloch, Hayem, Horviller et Lehman.
  • La mémoire de Rosalie, Denise, Tauba, Annna, Esther, Marcelle, Sara, Marie et Syma qui ont accompagné, vers les camps de la mort, les enfants de l’école Lucien de Hirsch.([2])

 
__________________
Dans les années 50, mes parents m’emmenaient jouer aux Buttes Chaumont. Très souvent, sur le chemin du retour, nous allions rendre visite à Madeleine, au 70 avenue Secrétan. Je me souviens encore de l’escalier en bois conduisant à l’étage, de l’infirmerie où des élèves, un peu plus âgés que moi, se reposaient, reprenaient des forces. Ils résidaient à l’école. Je sentais qu’ils ne vivaient pas comme moi : leurs parents ne leur rendaient jamais visite ….
 
André (mon père) et Georges Lehman (mon oncle) qui ont connu les familles Bloch, Hayem et Horviller sont toujours de ce monde. Agés de 93 et 91 ans, ils ont vécu ces sinistres événements : Madeleine et Paulette sont de leur génération ; ils ont joué ensemble, non loin la synagogue, à Nancy.
__________________
Ce travail n’aurait pas pu être conduit à son terme, sans l’appui du cercle de généalogie juive, du Mémorial de la Shoah, et de l’école Lucien de Hirsch.
 
Que tous soient ici remerciés.
Madame Marianne Picard qui, de 1950 à 1992, fut la dynamique directrice de l’école Lucien de Hirsch, nous rappelle dans l’ouvrage consacré aux 90 ans de l’histoire de l’école ([3]) que : « Dans la nuit du 24 juillet 1944, 107 enfants ainsi que leurs maîtres, furent arrêtés à l’école et déportés vers les camps d’extermination nazis. Aucun enfant n’en revient, seule la fille de Mr Bloch survécut ». La plaque accrochée à la façade de l’école rappelle ([4]) :
 

 maître_ayant_survécu


Ce maître qui a survécu était Madeleine Bloch

Son père, Charles Bloch, qui est né à Paris en 1882, fut un des plus jeunes enseignants de l’école. Voici son acte de naissance à Paris, le 20 novembre 1882.
 

 acte_naissance_charles_Bloch

Sur cette photo qui a été prise en 1900, on reconnait assis au premier plan M. et Mme Benoît Levy qui dirigèrent l’école de 1901 à 1935. Charles, debout au second plan, a les bras croisés. Il a 18 ans.
hoto_1900_mr_mme_B_Levy
En 1901, il effectuera son service militaire. C’est son collègue et futur directeur de l’école Zadoc Khan, Nathan Schentowski qui le remplaça auprès du couple Lévy ([5]) durant cette période.
C’est en 1920, année de son mariage avec Fernande Hayem, qu’a été pris ce portrait photographique ([6]).

portrait_Charles_Bloch  acte_naissance_Fernande_Bloch

Portrait de Charles et acte de naissance de Fernande

univers_israelite_1920 L’Univers Israélite du 31 décembre 1920, informe la communauté que le mariage religieux de Charles et Fernande sera célébré le dimanche 2 janvier.
 
 
A cette date, Fernande habite à Paris dans le 17ème, près de la porte de Saint-Ouen, Charles dans le 4éme, près de l’église Saint-Merry.
 
 
 
Le mariage civil, dont l’acte est reproduit page suivante fut célébré le 30 décembre 1920.
 mariage_civil_Bloch_Hayem

De cette union naîtront deux filles,
Madeleine en 1921 et Paulette en 1925

 acte_naissance_Madeleine_1921acte_naissance_Paulette_1925

 
En 1921, date de naissance de Madeleine, le couple a emménagé 67 rue Saint Martin dans le Xème. C’est Jeanne Hayem, l’épouse d’Armand Horviller qui est – pour l’état civil – le témoin de l’événement. Lors de la naissance de Paulette en 1925, Charles et Fernande résident au 27 avenue de Ségur dans l’Ecole Zadoc Kahn.([7]) que dirigeaient alors Alice et Nathan Schentowski.
Comme le rappelle Raphaël Elmaleh, ([8]), le 27 de l’avenue de Ségur était une véritable famille :
 
«La ‘maison’ c’est l’école avec ses instituteurs et institutrices : Germaine Bloch, épouse de Charles, l’adjoint de Benoît Lévy à Lucien de Hirsch, Melle Birnbaum et Paul Hanneau comme beaucoup de ces enseignants vient d’Alsace ». ([9])
 
Charles, pour sa part s’est uniquement consacré à l’école Lucien de Hirsch, Au fil des ans celle-ci a connu un développement soutenu : à la veille de la seconde guerre mondiale, c’est près de 450 élèves qui y sont scolarisés. Ces derniers, d’origine le plus souvent de condition modeste, viennent majoritairement de l’est parisien du 18, 19 et 20ème arrondissement.
 
Raphaël Elmaleh ([10]) rapporte le témoignage de Lionel Rocheman , évoquant la fonction enseignante de Charles :
 
«Les cours d’hébreu étaient assurés par M. Licheinstein. Il y avait aussi des cours d’instruction religieuse. En première, c’était Charles Bloch qui les assurait».
 
A partir de 1935 et jusqu’en 1943, il assurera avec le couple Schentowski la direction de l’établissement. C’est ce dernier qui, le 24 août 1939, alors qu’il était en congé, reçu dans la soirée ( [11]):
 
« une dépêche du Président du Comité des écoles, m’enjoignant de rentrer à Paris immédiatement, de réunir le plus grand nombre possible d’élèves, d’acheter du matériel de couchage et de rejoindre le plus vite possible Villers s/mer où le comité venait d’acquérir la propriété appelée « les Landiers » que j’avais visitée avec l’architecte de la présidente [ ]. Le 29 août 39, je quittais Paris en emmenant tout le monde à la gare Saint-Lazare et débarquais à midi en gare de Villers avec 103 enfants (56 filles et 47 garçons).
 
J’avis confié le même jour 41 garçons à M. Charles Bloch qui devait les conduire dans un autre endroit au château de Sainte-Croix sur ordre ministériel ; les enfants qui y étaient déjà « en vacances » furent gardés sur place et les nôtres conduits dans une autre colonie à Colleville s/mer .[…]
 
Mme Schentowzki dirige une des villas ; nos collaborateurs administratifs sont M. Charles, Melle Nathan, Melle Leibovici.»
En juillet 1940, avec la débâcle, tout le monde rentre à Paris, avenue Secrétan. Le nombre des enfants fréquentant l’école chuta : ainsi, on dénombra moins de 100 élèves en 1942.
 
«Pourtant, il s’agit encore d’une école en état de fonctionnement avec ses maîtresses, ses bâtiments et leurs équipements, ses douches, sa cantine avec sa cuisinière ‘l’hystérique’ Mme Semo, ses ‘assistantes sociales et scolaires ‘ Mnes Bazy- Lesnovsky et Madeleine Bloch qui a la lourde tâche en ces temps de pénurie de superviser la cantine.» ([12])
 
L’école va devenir le « centre Secrétan », administrativement pour l’UGIF ([13]), elle devient le service 49 du 4ème groupe…Elle reçoit des enfants, des adolescents, dont les parents ont été déportés ou vont l’être…. Pour le directeur de l’endroit, une des préoccupations majeures fut de nourrir tous ceux qui résidaient au 70 ([14]) :
 
Sous la responsabilité de Madame Bloch, le service de la cantine fonctionne normalement. Nous servons aux enfants environ 400 repas par semaine.
 
Entre 1942 et 1944, les enfants ne font qu’arriver et partir, au gré des événements….Raphaël Elmaleh poursuit ([15]) :
 «…les instituteurs sont à leur poste : Mmes Leibovoci (CE 1), Doukhan (CE 2), Nathan (CM1)….ainsi que Charles Bloch, M. Leibovici le nouveau directeur.»
 
Jusqu’à son dernier souffle Charles Bloch travaillera pour l’Ecole qui lui avait tant donné : il décédera, de maladie, le 24 février 1943. L’acte de décès précise qu’il habitait à l’école. Fernande, accompagnée de ses filles l’accompagnèrent jusqu’à se dernière demeure, le 28 février 1943 ; il est enterré dans le carré juif du cimetière parisien de Bagneux ([16]).

 acte_décès_Charles_Bloch_1943

 
Alice et Nathan Schentowski quant à eux seront arrêtés en août 1943 ([17]) .

 
Monsieur Nathan SCHENTOWSKI né le 20/03/1884 à PARIS. Déporté à Auschwitz par le convoi n° 59 au départ de Drancy le 02/09/1943. De profession Enseignant. Décédé(e) en 1943.
 
 
Madame SCHENTOWSKI Alice né(e) le 13/08/1886 à PARIS déporté(e) par le convoi n° 59 le 02/09/1943 à Auschwitz.
 

Raphaël Elmaleh précise que Nathan confia, avant ce drame, à un ancien élève ([18]):
«Si je ne reviens pas, dites à ceux qui m’ont connu que mes dernières pensées seront pour mes élèves.»
C’est dans cet esprit religieux et communautaire que furent élevées Madeleine et Paulette. Les deux sœurs suivirent des études secondaires au lycée Lamartine. Madeleine le bachot en poche décida de devenir….. Assistante sociale. C’est en cette qualité qu’elle fut affectée au service n°22 du “centre des tournelles” de l’UGIF qui était situé au 21 de la rue des tournelles à Paris. Son secteur d’activité couvre le IIIème arrondissement de Paris. A cette époque elle résidait avenue Secrétan ([19]).
 
«Paulette, juste avant le décès de son père, venait de passer la seconde partie du baccalauréat. Fernande, continua à ‘ s’occuper des filles, elle continuait à jouer un rôle important dans l’école, tout d’abord en tant qu’institutrice puis en tant que comptable. ([20]
 

 Paulette_vers_1935  Madeleine_vers_1935

 
Paulette et Madeleine vers 1935
Les nouvelles en provenance de Nancy étaient alarmantes : Jeanne, la sœur de Fernande et Armand Horviller son mari ont été arrêtés puis déportés par le convoi 71. Voici le contenu de leurs fiches respectives telles que publiées par le Mémorial de la Shoah.

HORVILLER Jeanne. Habitait au 46, rue de la Hache à NANCY
A été interné(e) à Drancy sous le matricule 18128. Est arrivé(e) le 01/04/1944. Reçu N° 1284 dans le carnet de fouilles N° 168. Elle est née le 05/05/1886 à VERDUN. Déportée à Auschwitz par le convoi n° 71 au départ de Drancy le 13/04/1944. Sans profession.
 Drancy_fiche_Jeanne_Horviller
HORVILLER Armand. Habitait au 46, rue de la Hache à NANCY
A été interné(e) à Drancy sous le matricule 18127. Est arrivé(e) le 01/04/1944. Reçu N° 1418 dans le carnet de fouilles N° 170.Il est né le 31/01/1879 à NOMENY. Déporté à Auschwitz par le convoi n° 71 au départ de Drancy le 13/04/1944. De profession Marchand / Epicier.
 Drancy_fiche_Armand_Horviller

Moins de 18 mois après le décès de Charles, l’indicible s’est abattu sur l’école : ce fut la rafle du 24 juillet 1944. Raphaël Elmaleh ([21]), nous indique qu’en 1953, une décision est prise de commémorer la déportation des 107 enfants. Afin de rassembler un maximum d’informations, un questionnaire est adressé à des témoins contemporains de l’événement:
 
«Les témoins sollicités sont surtout des membres du personnel de l’école cette année là, essentiellement des institutrices : Mmes Leibovici, Klein, Altschuler, Sommer, Kahn, Doukhan, Madeleine Bloch, une des rares survivantes du convoi auquel n’ont survécu ni sa mère, l’épouse de Charles Bloch, un temps adjoint au directeur de l’école, ni sa sœur. Autres destinataires du questionnaire : le colonel Khan, Georges Edinger, et Madame Bazy-Lesnovsky, ex assistante sociale et infirmière. Voici quelques extraits des réponses de cette dernière, moins d’ailleurs, , pour leur exactitude historique sur la rafle à laquelle elle n’a pas assisté, que pour les sentiments qui s’y expriment et le souvenir tel qu’il surgit 10 ans après les faits:
 
‘Je n’ai pas assisté à l’arrestation car j’habite chez moi. On m’a dit que les enfants n’étaient pas encore habillés, donc [cela s’est passé- le grand matin – . Il y avait au moins 150 enfants. Là encore je ne puis pas affirmer car je ne m’occupais pas du registre, vu que ces enfants n’étaient pas nos élèves, mais venu à la suite du bombardement de l’asile de la rue des Saules. Il y avait des lits partout (souligné par R. Bazy-Lesnovsky), on devait faire un effort pour passer dans mon infirmerie. L’arrestation a été faite par des soldats allemands venus dans des cars militaires : ils ont conduit les enfants et les autres personnes à Drancy. En dehors des enfants, il y avait Melle Marie Zalmanski (institutrice), Madame Charles Bloch (économe et ancienne institutrice) et ses deux filles, Madeleine et Paulette Bloch. Madeleine seule est revenue : elle était en Tchécoslovaquie séparée de sa mère et de sa sœur’.»
 
Madeleine n’était pas en Tchécoslovaquie. Elle était en Pologne, à Auschwitz. Moins de 10 jours plus tard, le 31 juillet, part de Drancy le dernier convoi de déportés, le convoi 77.
 
Serge Klarsfeld ([22]), nous rappelle que plus de 1200 personnes s’entassaient dans ces wagons plombés. Il reprend la narration d’un des déportés, Ralph Feigelson. Ce dernier dans « le droit de vivre », l’organe de la Licra, nous rappelle ce que mes cousines, Fernande, Madeleine et Jeanne ont vécu :
 
 
 

 rampe « Déjà des camps apparaissaient entourés de murs, de fer – une cage au milieu d’un grand désert de terreur et de révolte latente – dominés par des miradors perchés comme sur des échasses – la garde du troupeau. Une forte angoisse s’empare de nous. Le train stoppe. Nous sommes arrivés. La nuit tombe, complice, jetant ce voile sur ce pays. Attente terrible pendant des heures : brusquement des cris, des commandements rauques, on ouvre les portes. Des bagnards courent le long du train. Quelques SS. C’est le matraquage à la volée. Des coups sur les bras, des coups sur le corps ; des coups rien que des coups. On ne réfléchit pas. La nuit est déchirée par des hurlements, des coups de feu. On nous parque par rang de cinq dans un coin du quai d’arrivée éclairé par des phares qui nous aveuglent.
 
On nous fait avancer, reculer, puis encore avancer, comme des veaux dans une foire. Un sous-officier SS. tire les uns à gauche, les autres à droite ; geste nonchalant qui envoie les premiers à la mort et réserve le reste pour la souffrance. A droite, ceux qu’il juge ‘aptes à travailler’, c’est à dire assez robuste pour supporter quelques temps le travail épuisant, les privations et les violences. De l’autre côté, il fait aller les malades, les enfants –trois cent gosses de 6 à 12 ans dont le seul crime est d’être juifs et qui vont rejoindre leurs parents dans la fumée des crématoires.
 
On regarde, et les yeux agrandis par l’horreur voient des scènes que l’esprit le plus pervers et le plus cruel ne saurait imaginer :
 
‘Regardes’ dit un SS. A son complice en lui montrant un petit enfant échappé de la colonne, et le prenant par les pieds, il le jette en l’air, tandis que l’autre tire sur cette cible vivante en éclatant d’un rire sadique ».
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
image_artiste_crématoire

Fernande et Paulette ont été assassinées dès leur arrivée en Pologne. Le texte de l’Arrêté du 26 novembre 2008 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès ([23]) est sans ambigüité :
 
 
 

 
Bloch, née Hayem (Fernande) le 8 novembre 1891 à Verdun (Meuse), décédée le 5 août 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 juillet 1944 à Drancy (Seine).
 
 
Bloch (Paulette), née le 27 avril 1925 à Paris (7e) (Seine), décédée le 5 août 1944 à Auschwitz (Pologne) et non le 31 juillet 1944 à Drancy (Seine).
 

 
 
 
Mon père, récemment, s’est souvenu des fêtes familiales qui se tenaient à Nancy, au 46 rue de la Hache, dans l’appartement situé au dessus du magasin de chaussures que tenait le « petit oncle »’([24]) . Ce dernier, la casquette sur la tête, accompagnée de Jeanne son épouse allait accueillir à la gare « les parisiens » : Charles, Fernande, Madeleine et Paulette. Les Lehman, Berthe, Robert (mon grand-père) et les cinq garçons, Lucien, André, Georges, Paul et Pierre étaient de la partie.
 
La barbarie nazi a mis fin à ce bonheur simple : Robert et Lucien, ont été assassinés à Auschwitz en 1942, Jeanne, Armand, Paul et Pierre en 1944.
 
Berthe et André ont échappé à l’holocauste……Georges et Madeleine sont revenus.
 
La vie a continué……Le 1er juillet 1946, mes parents se sont mariés, à la mairie du 10ème arrondissement à Paris. Parmi les photos prises à cette occasion on trouve mon oncle Georges au bras de sa cavalière Madeleine.
 

 mariage_Bloch_1946

 
Au début des années 50, une nouvelle équipe pédagogique, dirigée Bernard et Marianne Picard prend en main la destinée de l’école. Madeleine est toujours la bienvenue avenue Secrétan. C’est là que je l’ai rencontrée la première fois. Elle continue à y travailler comme assistante sociale, s’occupant des enfants dont les parents ne sont pas revenus.
Le 28 mars 1954, une première plaque commémorative est posée sur la façade de l’école. Raphaël Elmaleh précise ([25]) qu’à cette occasion, Alain de Rothschild, en sa qualité de président du consistoire de Paris tint à rappeler :
 
« … Il y aura bientôt dix ans que 107 petits enfants juifs et leurs maîtres d’école étaient déportés de cette école vers l’Allemagne d’où ils ne devenaient plus revenir. Une seule maîtresse d’école en a réchappé par miracle. Mademoiselle Bloch, qui est d’ailleurs parmi nous aujourd’hui et à qui je veux dire toute la sympathie et tout le respect que nous avons pour elle en pensant aux terribles souffrances morales et physiques qu’elle a endurées. C’est elle qui nous a décrit la lugubre procession de ces petits enfants – dont une fillette la jambe cassée était portée sur une planche- leur convoi au milieu de la nuit vers Drancy et le trajet de cinq jours, à 120 dans le même wagon à bestiaux, dans l’obscurité, sans air, sans place, dans l’ordure et mourant de soif, pour être mis à l’arrivée dans la chambre à gaz ou au four crématoire. Pour comble d’horreur, elle a vu sa mère, Madame Charles Bloch, femme du si dévoué et tant regretté sous-directeur de l’Ecole, emmenée au supplice sous ses yeux, pour avoir consolé un de ces petits qui pleurait. Hélas, le cas des enfants de notre école ne fut pas un cas isolé : dans cette même nuit du 24 juillet, 350 enfants juifs hébergés dans d’autres centres subirent le même sort . »
 
Elle ne se mariera pas. Elle consacra toute son énergie à faire savoir ce qu’avait été la Shoah. En mars 1958, elle est toujours présente à l’école, elle remet le Prix Charles Bloch, offert « en souvenir de ses parents anciens directeurs de nos écoles».Le 18 juin 1972 et le 25 mars 1981 pour Yad Vashem, Madeleine a tenu à remplir une feuille de témoignage relative à l’identité de sa mère. Allant à travers la France, d’école en lycée, de cérémonies commémoratives en journée du souvenir, n’oubliant aucune fête religieuse elle se consacra à sa judéité, sa Mitsva quotidienne était dès plus simple :
 
« Témoigner, témoigner encore, pour que cela ne se reproduise plus jamais »
 
Dans un article consacré à l’aryanisation de l’enseignement, le guide Trudaine Rochechouart ([26]), édité par la ville de Paris, rappelle :
 
«De 1942 à 1944 de nombreux élèves du IXème arrondissement parce que juifs, seront arrêtées par le gouvernement de Vichy et déportés. Le Lycée Lamartine verra 32 de ses élèves, âgées de 12 à 19 ans et 12 de ses anciennes élèves disparaitre dans les camps de la mort.Une seule Madeleine Bloch reviendra. Une plaque en marbre apposée en 2003, en présence de Simone Veil rend hommage à leur nom.»
 
Nom de Le Paulette, la sœur de Madeleine , figure dans cette liste

 plaque_lycée_Lamartine_2003

 
Madeleine décédera à Chalon sur Saône, le 26 juin 2003. Elle sera inhumée le 30 au Cimetière de Bagneux ([27]). Elle repose avec son grand père Hayem Mayer et son père, à côté du grand rabbin Jacob Kaplan et de Lucien Rachet, le fondateur de la Licra .
Annexe1 : les arbres généalogiques

 généalogie_Bloch_Isaiasgénéalogie_Bloch_Hayem

 
Annexe2 : en mémoire des enfants
en_mémoire_enfants_Secrétan_a en_mémoire_enfants_Secrétan_b


[1]
) En fin de ce document, page 22, un arbre généalogique simplifié explicite ces liens familiaux.
[2] ) dernière page figure la liste des enfants.
[3] ) Par le souffle des enfants.: Livre d’or de l’École Lucien de Hirsch : 90 ans d’éducation juive en France, page 1.
[4]  ) Sur ces 107 enfants, 71 étudiaient à l’école.
[5] ) Raphaël Elmaleh, «  Une histoire de l’éducation juive moderne en France », édition Biblieurope, page 174.
[6] ) document MJP8_42 du Mémorial de la Shoah.
[7]) L’école de l’avenue de Ségur, créée en 1887, se nommait d’abord école Schneider, du nom de son directeur Joseph Schneider. A la mort de celui-ci, en 1910, elle prit le nom de Zadock-Kahn, puis ferma en 1935. C’est à cette date qu’Alice et Nathan Schentowski assurèrent la direction de l’école Lucien de Hirsch.
[8] ) opus cité, page 175.
[9] ) dans différents documents, Fernande porte le prénom de Germaine . Il s’agit d’un prénom d’usage, ce qui était courant à l’époque.
[10] ) opus cité page 176.
[11] ) opus cité  page 178 et 180.
[12] ) opus cité page 183.
[13] ) Union générale des israélites de France. La loi française 29 novembre 1941, à la demande des Allemands, institue auprès du Commissaire général aux Questions juives, une Union Générale des Israélites de France. Elle a pour objet d’assurer la représentation des Juifs auprès des pouvoirs publics. L’image de l’UGIF est aujourd’hui beaucoup plus contrastée qu’elle ne l’était il y a 30 ans. On a notamment reproché à l’UGIF de ne pas voir fait évacuer à temps des maisons d’enfants raflées en juillet 1944.
[14] ) opus cité page 187.
[15] ) opus cité page 187.
[16] ) 31ème division, 7ème ligne, 31ème tombe.
[17] )  fiches du Mémorial de la Shoah.
[18] ) opus cité page 186.
[19] ) Texte rédigé à partir des informations recueillies  auprès du Mémorial de la  shoah.
[20] ) témoignage  d’André Lehman.
[21] ) opus cité page 308 et suivante.
[22] ) «Par le souffle des enfants », page 10.
[23] ) JORF n°0009 du 11 janvier 2009, page 665.
[24] ) Armand Horviller .
[25] ) «  Une histoire de l’éducation juive moderne en France  page 314-315.
[26]  ) disponible à l’adresse :  http://actionbarbes.blogspirit.com/files/Guide_trudaine_rochechouart_complet_v1_2.pdf
[27]  ) 31éme division, 7ème ligne, 31ème tombe.

Contributeur(s)

Jean-Pierre Lehman
3 Comments
  1. Boulogne 4 years ago

    Bonsoir Monsieur.
    Je me permets à la lecture de votre article de vous solliciter pour une requête un peu particulière. Je suis professeur de piano et ai dernièrement récupéré d’anciennes partitions de musique par le biais d’une élève. Parmi ces partitions se trouvent une partition composée par une professeur du conservatoire à l’attention de mademoiselle Fernande Bloch. C est ainsi que je suis arrivée sur cette page. Je me demandais donc si vous connaissiez éventuellement des descendants de cette personne pour qui cette partition pourrait avoir de la valeur? Si tel est le cas, j’aimerais vraiment leur donner. En vous remerciant par avance et en vous félicitant pour votre travail si précieux.

  2. Jean-Pierre Lehman 4 years ago

    Chère Madame,
    Fernande Bloch, née Hayem, était la cousine germaine de ma grand-mère Berthe Hayem, épouse Lehman, Bien évidemment, étant un enfant du baby-boom, je n”ai pas connu Fernande, en revanche , j’ai bien connu sa fille Madeleine.
    Pensez vous qu’il s’agisse de la même personne ? Je ne sais rien des talents musicaux de Fernande.
    Bien cordialement
    Jean-Pierre Lehman

    • Boulogne 4 years ago

      Bonsoir monsieur. Je vous avoue, je n’en ai aucune idée mais cela ne me surprendrait guère.

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

hébergement Umazuma - OVH

Log in with your credentials

Forgot your details?